© Henri Matisse, La Danse, 1909-1910

Festival Écho Danse

MENU

09
07
22

Bal Musée

LA BOOM

LES SOUVENIRS

Qu’ils soient musette, populaire ou des pompiers, les bals sont l’occasion de danser tous ensemble ! En famille ou entre amis, on se retrouve pour s’offrir la récompense d’une détente salvatrice, pour se dégourdir les pieds, trinquer à la santé de l’avenir, sauter sur la piste de danse, mais surtout partager un moment heureux.

PETITE HISTOIRE

La « dansomanie »

Au XIXe siècle, le bal fait partie, selon des modalités variées, des loisirs de toutes les couches de la population. En automne et en hiver, la saison mondaine est rythmée par un certain nombre de bals privés, réservés à la haute société, dont la fonction la plus importante est la préparation des alliances matrimoniales. Ouverts à tous (mais payants), les bals publics apparaissent à Paris sous le Directoire et regroupent salles d’hiver et jardins d’été. Le phénomène connaît son apogée sous la monarchie de Juillet ; dans les jardins installés pour la plupart aux Champs-Élysées – comme le bal Mabille – triomphent la valse, la polka et la mazurka. La décadence des bals publics à partir du Second Empire est contemporaine de l’essor des guinguettes le long de la Seine et de la Marne. Alors que les anciennes guinguettes établies aux barrières de Paris disparaissent, des bourgades comme Charenton, Suresnes ou Chatou (avec la célèbre maison Fournaise immortalisée par Renoir) accueillent dans leurs buvettes dansantes une clientèle parisienne venue goûter aux joies d’une nature plus ou moins factice. Dans ces lieux, bientôt appelés « bals musettes », apparaissent après 1900 de nouvelles danses importées de l’étranger : boston, matchiche, cake-walk. La danse s’impose ainsi comme un loisir pratiqué par tous. L’étudiant qui va « guincher » avec une grisette dans un bal de quartier, le fonctionnaire que sa carrière oblige à se rendre avec son épouse au bal de la préfecture, la jeune fille qui fait ses débuts lors d’un bal donné au faubourg Saint-Germain : tous participent à cette « dansomanie » observée par les contemporains.

INFORMATIONS

Réservations : renseignement@festivalecho.com

Tarif unique : 10 euros

Gratuit pour les festivaliers

Date : Samedi 09 Juillet 2022

Horaires : De 23H30 à 03H00

Lieu : Jardins du Musée Dauphinois